anglais      



introduction
la flore
la faune
la population
photographies
les aires protégées


Actualités: Madagascar

La prochaine grande idée pour la protection de la forêt ? Récompenser le reboisement
(11/28/2014) En dépit de dizaines d'années d'attention et de dévouement, les forêts tropicales tombent encore à un rythme soutenu à travers le monde. Désormais, la nouvelle série spéciale de Mongabay.com, Innovation dans la Protection de la Forêt Tropicale, a pour but de mettre en lumière des solutions à la crise à travers de courts entretiens avec quelques-uns des plus éminents scientifiques dans le domaine de l'écologie, des professionnels et des penseurs, sur de nouvelles approches innovantes de l'écologie. Pour plus de ces entretiens, veuillez consulter notre page Innovation dans la Protection de la Forêt Tropicale.


Fin de partie pour les lémuriens : des scientifiques proposent un plan ambitieux pour sauver la famille de mammifères la plus menacée au monde
(07/30/2014) Grâce aux merveilles de l’évolution, un seul et unique pays abrite 20 % des primates de la planète. Plus étonnant encore, ces primates (qui constituent en fait une famille entière) sont seulement présents dans ce pays. Il s’agit bien entendu de Madagascar, et les primates en question sont bien sûr les lémuriens. Mais la lointaine île de Madagascar, qui était autrefois un vrai paradis pour les expériences en matière d’évolution sauvage, s’est transformée en un cauchemar écologique. La surpopulation, l’extrême pauvreté, l’instabilité politique, la culture sur brûlis, l’exploitation forestière illégale de certaines essences et un commerce de la viande de gibier en pleine expansion mettent en péril la survie de 94 % des lémuriens du monde, ce qui en fait par la même occasion le groupe de mammifères le plus menacé de la planète. Toutefois, afin de ralentir sa marche rapide vers l’extinction, des défenseurs de l’environnement ont aujourd’hui publié dans la revue Science un plan d’urgence sur trois ans dont l’objectif est de protéger 30 forêts considérées comme particulièrement importantes pour la survie des lémuriens.


Panda lémur survit l'extinction
(07/08/2014) Un des plus larges populations de grands bambous lémurs (Prolemur simus) tantôt connu par le panda lémur- a doublé en trois ans, ce qui donne aux défenseurs de l'environnement un nouvel espoir qu'on peut bien secourir les espèces de l'extinction. Avec l'arrive récente de vingt bébés, le projet communautaire conservatoire dirigé par la fondation de Aspill a augmenté la population locale de plus de 100 individus en Andriantantely, une des forêts de plaine de Madagascar équatoriale survivante. Les grands bambous lémurs sont actuellement catégorisés comme gravement menacés quoiqu' ils aient été avant considérés comme éteints, jusqu' à ce que les populations déguisées se dévoilent en 1998.


Singapour intercepte une cargaison illicite massive de bois de rose de Madagascar
(06/30/2014) Les autorités de Singapour ont réalisé la plus importante saisie internationale de rondins de bois de rose, fournissant une preuve de plus que le trafic de bois de Madagascar se poursuit à l’échelle industrielle en dépit d’une interdiction officielle du commerce de ce produit.


Le trafic de bois de rose se poursuit à Madagascar
(06/23/2014) Des stocks de bois de rose illégalement récolté après le coup d’état de Madagascar en 2009 coup sont continuellement acheminés clandestinement hors de l’ile de l’Océan Indien, sapant tout effort de parvenir à une solution juridique au problème du trafic de bois, rapporte un article publié dans le journal MADAGASCAR CONSERVATION & DEVELOPMENT.


Bolivie, Madagascar, Chine : hausse de la perte de forêts
(04/04/2014) Selon les scientifiaues de la NASA, la perte de couverture forestière aurait connu, au troisième trimestre de 2013, une forte augmentation en Bolivie, à Madagascar et en Équateur.


Les sonars d'une compagnie pétrolière à l'origine de l'échouage massif de dauphins à Madagascar
(02/20/2014) Selon un récent rapport, le système de cartographie par sonar haute-fréquence d'une compagnie pétrolière est à l'origine de l'échouage massif de dauphins survenu au nord-ouest de Madagascar en 2008. Ce rapport, publié aujourd'hui par un comité d'examen scientifique indépendant, révèle que l'échouage d'une centaine de dauphins d'Électre a été « principalement déclenché » par des tests sismiques effectués par un prestataire de la compagnie ExxonMobil.


Vente de crédits issus du premier projet REDD+ soutenu par un gouvernement africain
(01/09/2014) Les crédits carbone générés par la protection de milliers d’hectares de forêt tropicale menacée au nord-est de Madagascar viennent d’être mis en vente, comme l’annonce la Wildlife Conservation Society (WCS), l’organisateur principal du projet. C’est la première fois que des crédits générés par un projet relevant d’un gouvernement africain sont placés sur le marché volontaire du carbone.


Magadascar aurait été occupée par l'homme 2 500 ans plus tôt qu'on ne le pensait
(11/26/2013) Ces dernières recherches indiquent que l'occupation de Madagascar aurait débuté 2 500 ans plus tôt qu'initialement établi. Cette découverte, publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Science, suggère que le rôle de l'homme dans l'extinction de la mégafaune de l'ile est plus complexe qu'on ne le pensait. Un large corpus de recherche indique que des communautés de village ont commencé à apparaitre à Madagascar aux alentours de 500 apr. J.-C. Celles-ci ont été fondées par des populations originaires d'Indonésie et d'Afrique de l'Est, d'après de précédentes études ayant découvert des similarités linguistiques entre les langues malgaches du Sud-Est de Bornéo ainsi que des marqueurs génétiques associant les populations malgaches contemporaines à l'Indonésie et à l'Afrique de l'Est. Mais de nombreux indices laissent à penser que l'homme a atteint la troisième plus grande ile du monde bien avant 500 apr. J.-C.


Plus de 10% de la population totale d’une espèce retrouvée dans le sac d’un trafiquant
(06/29/2013) Vendredi 15 mars dernier à l’aéroport international Suvarnabhumi, les autorités thaïlandaises arrêtaient un homme de 38 ans qui tentait de récupérer un sac contenant 54 tortues à soc (Astrochelys yniphora) et 21 tortues étoilées de Madagascar (Astrochelys radiata).


Une nouvelle espèce de guêpe découverte dans une boîte de chasse des années 1930 (voir photos)
(06/28/2013) Il y a peu, alors qu'il étudiait les ressources du Muséum d'Histoire naturelle de Paris, le scientifique Simon van Noort est tombé sur une boîte de spécimens de guêpes oubliée depuis longtemps. Parmi les échantillons collectés par André Seyrig à Madagascar 80 ans plus tôt, Simon van Noort a trouvé plusieurs guêpes appartenant au genre Paramblynotus. Une surprise de taille : on n'avait encore jamais vu de guêpe Paramblynotus à Madagascar.


Deux microcèbes « géants » bien que minuscules identifiés à Madagascar
(06/28/2013) Selon un article publié dans le dernier numéro du International Journal of Primatology, des scientifiques ont découvert à Madagascar deux nouvelles espèces de microcèbes, ce qui porte à 20 le nombre total de minuscules primates connus.


Des grenouilles suivies par radio pour la première fois à Madagascar
(06/12/2013) Des chercheurs ont suivi des grenouilles par radio pour la première fois à Madagascar. La démarche, entreprise par un groupe de scientifiques européens, est détaillée dans l’édition actuelle de Herpetologica. En implantant de petits transmetteurs radio de 0,3 à 0,35 gramme sur 36 grenouilles arc en ciel (Scaphiophryne gottlebei), l’équipe de recherche a suivi les mouvements des grenouilles colorées dans les canyons escarpés du massif malgache Isalo.


Le Royaume Uni autorise l’exportation d’armes vers Madagascar malgré la menace de l’extinction des lémuriens
(05/24/2013) Selon TanaNews.com, la Grande Bretagne a autorisé l’exportation de milliers d’armes vers Madagascar, suscitant ainsi la crainte que ces armes à feu pourraient être utilisées pour chasser les lémuriens, une espèce en danger.


Voyage à Madagascar, au cœur d'une faune insolite et de paysages grandioses
(05/03/2013) Il y a seize ans, la perspective de rencontrer des lémuriens, des lézards et une biodiversité foisonnante a poussé le fondateur de mongabay.com, Rhett Butler, à visiter Madagascar. Rhett n'a pas été déçu par son expérience et il a souhaité retourner plusieurs fois sur cette île toujours en mouvement afin de mieux découvrir la faune, les paysages et les populations qu'elle abrite. En 2004, il a lancé le site wildmadagascar.org, pour promouvoir l'exceptionnelle richesse culturelle et naturelle de cette nation de l'océan Indien et suivre l'actualité de son environnement.


Des mouches hématophages aident les scientifiques à identifier des mammifères rares
(04/09/2013) L'année dernière, des scientifiques ont publié une étude qui va probablement révolutionner la manière dont les professionnels de la conservation repèrent les espèces les plus discrètes. Les chercheurs ont extrait le sang récemment sucé par des sangsues terrestres habitant la Cordillère annamitique, une chaine de montagnes reculée au Vietnam. Ils ont ensuite examiné l'ADN des animaux dont ces sangsues se nourrissaient, et de manière surprenante, sont parvenus à identifier plusieurs mammifères menacés et rarement aperçus.


Photo du jour : un étrange oisillon avec des empreintes digitales orales
(03/04/2013) Le Coua huppé (Coua cristata) est originaire de l'île de Madagascar. Contrairement à une grande partie de la faune de Madagascar, le Coua huppé n'est pas considéré comme menacé d'extinction, mais est classé comme Préoccupation mineure dans la Liste rouge de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).


La contrebande du bois de rose illégalement coupé à Madagascar continuerait, selon un rapport
(03/04/2013) Des négociants en bois à Madagascar continueraient à passer en contrebande du bois de rose illégalement coupé malgré une interdiction d'exportation officielle, selon un nouveau rapport par un chercheur malgache.


Madagascar obtient sa plus grande aire protégée
(03/03/2013) Madagascar a officiellement désigné sa plus vaste aire protégée située dans une région connue pour ses forêts tropicales humides et sa forte diversité faunique qui comprend 20 espèces de lémuriens. Cette annonce a été faite par la Wildlife Conservation Society (WCS) qui a joué un rôle clé dans la création de ce parc.


La diversité des coraux autour de Madagascar est parmi la plus grande au monde
(02/06/2013) L’Océan Indien occidental, en particulier les eaux territoriales entre Madagascar et l’Afrique, offre probablement l’une des plus grandes diversités biologiques en espèces coralliennes, comme le montre une nouvelle étude de PLOS ONE. Directeur des recherches sous-marine de la région depuis près d’une décennie, David Obura de la Coastal Oceans Research and Development in the Indian Ocean (CORDIO) a identifié 369 espèces de coraux dans l’Océan Indien et prédit qu’il pourrait y avoir près de 100 autres non identifiées.


Madagascar : remplacer la viande de lémurien par les protéines issues des insectes
(02/05/2013) Dans certaines parties de Madagascar, le braconnage est une menace majeure pour les lémuriens, une espèce en danger. Cependant, un groupe a trouvé une solution innovante à ce problème : remplacer la viande de lémurien par les chrysalides de vers à soie, un produit dérivé de la production de soie.


Gibson Guitar paie 300 000 $ pour la violation du Lacey Act avec l'import illégal de bois de Madagascar
(11/14/2012) La société Gibson Guitar a évité les sanctions pénales sous le Lacey Act — une loi visant à mettre un terme à l'exploitation illégale du bois à l'étranger — grâce à une entente avec le département de la Justice.


La déforestation tue les récifs de coraux de Madagascar
(10/29/2012) De nouvelles études, menées par les journaux scientifiques Biogeosciences et Marine Pollution Bulletin, ont montré que les sédiments portés par les rivières qui courent le long des zones de déforestation de Madagascar sont en train de recouvrir les récifs de coraux, augmentant ainsi le taux des maladies et ralentissant leur croissance.


91% des lémuriens de Madagascar menacés d’extinction
(09/12/2012) Sur les 103 espèces de lémuriens recensées dans le monde 94 sont en danger d’extinction, selon une récente évaluation faite par l’Union Internationale pour la Préservation de la Nature (IUCN : International Union for Conservation of Nature) et diffusée par sa Commission de Survie des Espèces au cours d’un atelier cette semaine.


Ouverture d’un centre de recherche de pointe dans la forêt tropicale de Madagascar
(07/30/2012) Aujourd'hui, un centre utilisant les technologies avancées a ouvert ses portes à la lisière de la forêt tropicale de Madagascar.


Le filon incroyable des grenouilles : 36 nouvelles grenouilles découvertes dans une minuscule forêt malgache
(06/08/2012) Une forêt plus petite que la moitié de la surface de Manhattan abrite un nombre incroyable de grenouilles selon un nouvel article publié dans Biodiversity Conservation. Deux études menées dans la réserve forestière malgache de Betampona, de 2 228 hectares, ont découvert 76 grenouilles uniques, dont 36 pourraient être nouvelles pour la science. A titre de comparaison, les Etats-Unis et le Canada réunis comptent seulement 88 espèces de grenouilles, mais couvrent un territoire environ un million de fois plus étendu que la forêt de Betampona.


Photo: Découverte à Madagascar du plus petit caméléon du monde
(05/25/2012) Selon un article publié dans PLoS ONE, des chercheurs ont découvert quatre nouvelles espèces de caméléons minuscules à Madagascar. La plus petite des ces nouvelles espèces se rencontre uniquement sur l’îlot de Nosy Hara. Le Brookesia micra, reconnu comme le plus petit caméléon du monde, mesure tout au plus 29mm et représente un cas exceptionnel de nanisme insulaire.


Des scientifiques créent des cartes 3 D haute résolution des forêts de Madagascar
(04/04/2012) Une équipe de scientifiques a élaboré les premières cartes haute résolution des forêts éloignées malgaches. Cette initiative qui est rapportée dans le journal Carbon Balance and Management aidera à enregistrer de manière plus exacte la quantité de carbone emmagasiné dans les forêts malgaches, ce qui pourrait ainsi donner à ce pays pauvre un accès au financement carbone dans le cadre du programme proposé REDD (Réduire les émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts).


Conservation innovante : soie sauvage, espèces menacées, et pauvreté à Madagascar
(04/04/2012) Pour quiconque travaille dans le domaine de la conservation à Madagascar, affronter les difficultés complexes de la pauvreté généralisée fait partie intégrante du quotidien. Mais avec la diminution rapide de la richesse faunique du pays—notamment des lémuriens, des caméléons miniatures et des tenrecs à l’apparence de hérissons qui n’existent nulle part ailleurs dans le monde—l’archipel est devenu un champ d’expérimentation de programmes de conservation innovante axés sur la lutte contre la pauvreté persistante pour sauver les espèces en diminution et les espaces dégradés. L’ONG locale, the Madagascar Organization of Silk Workers en abrégé SEPALI, associée à son partenaire américain Conservation through Poverty Alleviation (CPALI), est l’un de ces programmes. Afin de réduire la pression locale que subit l’Aire Protégée Makira nouvellement créée, SEPALI aide les agriculteurs locaux à produire de manière artisanale de la soie à partir de papillons endémiques. Le programme utilise la célèbre faune malgache pour aider à créer des communautés plus stables sur le plan économique.


Madagascar lève l’interdiction concernant le bois de rose. Vraiment?
(03/30/2012) Le gouvernement de transition de Madagascar a levé le mois dernier l’interdiction sur les exportations de bois de rose, d’ébène et autres bois précieux mais, selon des sources locales, cette décision est à présent réexaminée en raison d’inquiétudes relatives à la domination étrangère sur ce commerce. Les écologistes sont néanmoins inquiets de ce qu’un relâchement des restrictions sur le bois de croissance lente pourrait déclencher une autre frénésie d’abattage de bois dans les parcs de forêts tropicales du pays, lesquels sont réputés pour leur biodiversité.


Les scientifiques recommandent la création de zones protégées à Madagascar
(03/30/2012) Alors que le gouvernement malgache prévoit d’étendre les zones maritimes protégées d’un million d’hectares, un groupe de chercheurs a présenté des recommendations flexibles, dans une étude de la revue en libre accès PLos ONE. Les chercheurs ont utilisé quatre différentes analyses afin d’illustrer différentes options de conservation ; néanmoins celles-ci ont toutes souligné la nécessité de protéger certaines zones où la biodiversité est riche, telles que les récifs des îles Barren, de Juan de Nova, le Banc de Leven, et les bancs de sables peu profonds du Cap Sainte Marie.


Comment les lémuriens luttent contre les changements climatiques
(02/07/2012) Kara Moses aurait pu ne jamais devenir biologiste si le hasard ne s’en était mêlé. Les circonstances qui se sont présentées et ont décidé de l’orientation de Kara Moses au lycée l’ont conduite sur un chemin sinueux. Elle a en effet étudié des lémuriens en captivité puis a écrit sur l’environnement pour revenir de nouveau aux lémuriens afin de les suivre cette fois dans leur habitat naturel. Sa récente recherche sur les makis varis noir et blanc attire l’attention sur les liens théoriques entre les primates en danger critique et la capacité de stockage du carbone des forêts malgaches. En se focalisant sur la capacité qu’ont les makis varis noir et blanc (Varecia variegata) —des animaux qui jouent un rôle majeur dans la large diffusion des graines de plantes — à disperser des graines, Kara Moses suggère que non seulement les lémuriens sont d’importants transporteurs de graines mais qu’ils pourraient servir à disperser les graines de grandes espèces qui emmagasinent d’importantes quantités de carbone.


A Madagascar, les changements culturels conduisent à tuer des lémuriens
(01/26/2012) Les défenseurs de la Nature ont souvent constaté que certaines normes culturelles, croyances religieuses et tabous jouaient auprès des peuples traditionnels un rôle de dissuasion quant à l’excessive utilisation de leur environnement. Ces croyances impliquent des jours sans chasse, sans pêche ou des espèces, des régions interdites d’exploitation. Mais le monde moderne a la capacité de faire rapidement disparaître de telles croyances, parfois pour le meilleur mais pas toujours. En de nombreux endroits de Madagascar, les lémuriens ont disparu des menus. Ces primates que l’on ne trouve qu’à Madagascar jouent un rôle important dans le “fady” malgache et les histoires traditionnelles sur les tabous: les lémuriens sont des protecteurs et même des parents en certains cas. Cependant, selon un article de PLoS ONE, l’afflux de migrants, la pauvreté étendue, le manque de viande domestique et la faible mise en application de la loi ont engendré une soudaine augmentation de consommation de lémuriens - beaucoup d’entre eux étant déjà au bord de l’extinction en raison de la perte de leur habitat.


La diversité arboricole de Madagascar se trouve être l’une des plus élevées au monde
(01/19/2012) En terme de biodiversité, les forêts de Madagascar qui sont en très grand danger se trouvent être parmi les forêts les plus riches au monde. Les chercheurs estiment que l’île au large de de l’Afrique abrite au moins 10 000 espèces d’arbres et d’arbustes dont plus de 90% ne peuvent être trouvés nulle part ailleurs dans le monde. Les données de base collectées sur les écosystèmes de Madagascar étant pauvres, on espère via une nouvelle étude, la toute première sur la diversité arboricole des forêts de plaine de Madagascar, amorcer le processus Publiée dans le journal en libre d’accès de mongabay.com, Tropical Conservation Science, la nouvelle étude a étudié trois espèces dans la réserve spéciale de Betampona à l’est de Madagascar.


Le pauvre Malgache voit sa pêche pillée pour la consommation étrangère
(11/17/2011) Selon une étude récente publiée dans Marine Policy, la surpêche pourrait aggraver la pauvreté et la stabilité politique de l’un des pays les plus pauvres du monde : Madagascar. Selon cette étude, la pêche dans la Grande île s’élèverait au double des chiffres officiels donnés durant la période s’étalant de 1950 à 2008, et les pays étrangers prospères emporteraient la moitié du butin.


Le projet de Richard Branson concernant les lémuriens est une très mauvaise idée
(06/29/2011) Le plan de Richard Branson, qui veut introduire des lémuriens sur l’une de ses îles privées aux Caraïbes, est une très mauvaise idée si son but est réellement de vouloir protéger ces primates en danger d’extinction. Au-delà de longues discussions sur l’impact écologique de l’importation de primates non indigènes, le projet de Branson risque de discréditer les efforts de protection de cette espèce là où ils vivent à l’état sauvage : Madagascar.


Du Cambodge à la Californie: Les 10 forêts les plus menacées du monde
(02/26/2011) La croissance des populations, l’agriculture expansive, les produits de base tels que l’huile de palme ou le papier, l’exploitation du bois, la croissance des villes, les exploitations minières, et bien d’autres facteurs humains ont poussé beaucoup des plus belles forêts du monde au bord du gouffre. Cependant, les scientifiques, les environnementalistes et même des décideurs font passer le message comme quoi les forêts ont beaucoup plus de valeur debout qu’abattues. Ils argumentent le fait que la sauvegarde de la biodiversité vulnérable, la séquestration du carbone, le contrôle de l’érosion, et l’apport en eau douce, les forêts rendent grand service à l’humanité, sans parler de l’incommensurable importance de garder des espaces sauvages dans un monde de plus en plus modifié par l’être humain. Tout de même, le déclin des forêts du monde persiste: la FAO (Food and Agriculture Organisation) estime que chaque année, près de 10 millions d’hectares de forêt tropicale disparaissent. Bien sûr, certaines de ces forêts sont plus en péril que d’autres, et une nouvelle analyse de Conservation International (CI) a fait l’inventaire des 10 forêts les plus menacées du monde.


Des groupes de protection de l’environnement nient les accusations de ‘conspiration’ proférées par le chef de la transition de Madagascar
(02/04/2011) Deux groupes engagés dans la protection de l’environnement, responsables d’une enquête sur le commerce illicite de bois de rose, ont formellement rejeté les allégations du président de la transition de Madagascar sur leur implication dans une campagne destinée à nuire à son image. Andry Rajoelina, ancien maire de la capitale Antananarivo qui a pris le pouvoir après un coup d’état perpétré en mars 2009, a prétendu le mois dernier dans une interview de la Revue de l’océan Indien que Global Witness, basé à Londres et Environmental Investigation Agence, basé à Washington DC, ont tenté de salir son image en l’exposant dans une de leur opération d'infiltration sur le commerce de bois de rose. Les groupes ont trouvé des preuves suggérant que Rajoelina a été impliqué dans le trafic de bois de rose.


L'exploitation forestière et le braconnage de lémuriens se poursuivent à grande échelle dans un parc national de Madagascar, malgré le moratoire
(11/16/2010) Un inventaire biologique au nord-est de Madagascar a dévoilé une intense exploitation illégale de bois dans le Parc National de Masoala, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO reconnu pour la richesse biologique de sa forêt pluviale. Les résultats indiquent que l’exploitation des essences précieuses dont les bois de rose, les palissandres et les ébènes se poursuivent malgré l’interdiction officielle de procéder à l’exploitation et l’exportation de rondins.


Une tentative d’exportation de bois précieux illégaux de Madagascar avortée grâce à une mobilisation locale.
(11/11/2010) Les autorités de Madagascar ont réussi à bloquer une tentative visant à faire embarquer des bois de rose illégaux au port de Vohémar au cours du week-end, d’après nos rapporteurs sur place. L’incident – bien qu’isolé – montre que des citoyens, le Département des Eaux et Forêts, les médias locaux et les compagnies maritimes ont un impact pour ralentir le commerce de bois de rose qui a dévasté les forêts pluviales des parcs de Madagascar, leur faune, l’écotourisme et les communautés rurales.


Le Président de Madagascar lié au trafic illégal de bois rose (vidéo)
(11/06/2010) La vidéo diffusée par Global Witness et Environmental Investigation Agency montre que les Chinois qui commercent dans le bois de rose sont en relation directe avec le Président de Madagascar Andry Rajoelina, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’état en mars 2009. L’enquête secrète a mis en évidence plusieurs cas de revendeurs en Chine qui affirment qu’ils traitent directement avec les plus hautes instances du gouvernement de transition de Madagascar. Liu Hongyu, directeur de l’agence Meheco à Pékin, un grossiste de bois de rose, a été filmé en train de dire qu’il traitait directement avec Rajoelina.


La police dans l'Est de Madagascar arrête un journaliste étranger enquêtant sur le trafic illégal de bois
(10/06/2010) Les autorités de l'Est de Madagascar ont arrêté un journaliste étranger qui enquêtait sur le trafic illégal de bois de Rose. L'arrestation, qui a eu lieu il y a douze jours, se produit alors que le gouvernement central prétend sévir contre le commerce illicite de bois de Rose. Le journaliste, dont le nom et la nationalité ont été cachés pour protéger son identité, s'est vu confisqué son matériel vidéo par la police à Maroantsetra, une ville porte d'entrée du Parc National de Masoala, où est constaté le plus de tronçonnage de bois de Rose. La police, accompagnée des trafiquants de bois de Rose, ont forcé le journaliste à effacer de son appareil ses photos des stocks de bois découpés. Le journaliste et son guide furent ensuite relâchés.


Les tortues rayonnées de Madagascar s’éteindront d’ici les 20 prochaines années
(07/29/2010) Selon les biologistes de l’Alliance pour la Survie des Tortues (the Turtle Survival Alliance, TSA) et de la Société pour la Conservation de la Vie Sauvage(the Wildlife Conservation Society, WCS), la tortue rayonnée, la plus répandue sur toute l’île de Madagascar, risque de disparaître d’ici 20 ans à cause du braconnage qu’elle subit pour sa viande, et du commerce illégal d’animaux de compagnie. Après avoir enquêté sur le terrain dans les forêts d’épineux du sud de Madagascar, plusieurs régions ont été retrouvées sans même une seule tortue. Des habitants disent que des bandes de braconniers armés capturent des chargements entiers de tortues pour les vendre sur les marchés de viande. La tortue est également prisée pour le trafic illégal d’animaux de compagnie, bien que protégée par la CITES (Convention on International Trade in Endangered Species), la Convention sur le Commerce International des Espaces en Danger.


Le message des chercheurs : les palissandres de Madagascar méritent la protection de la CITES
(07/26/2010) Un nouvel article publié dans Science prévient que plusieurs espèces de palissandres de Madagascar pourraient être menées à l’extinction, dû à une crise d’abattage illégal sur l’île. Selon les conclusions des chercheurs, ces espèces à bois dur devraient être prises en considération pour une protection par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).


L’abattage de la forêt tropicale se poursuit à Madagascar en dépit de « l’interdiction » d’exporter le bois
(06/22/2010) Des témoins viennent de nous indiquer que l’exploitation de bois de rose se poursuit dans le Parc National de Masoala en dépit du moratoire du gouvernement portant sur l’exploitation forestière et l’exportation des bois. Une de nos sources basée à Marofinaritra, une ville située entre le Masoala et Antalaha, nous signale d’importantes rotations de camions qui se déroulent toute la nuit pour transporter des rondins exploités illégalement dans le parc.


Madagascar reprend ses exportations de bois de rose exploités illégalement et cela malgré le moratoire
(06/14/2010) Albert Camille Vital, le Premier Ministre de Madagascar sous le régime qui a pris le pouvoir suite à un coup d’état sur cette île nation de l’océan Indien l’année dernière, a accordé, cette semaine, l’autorisation d’exporter des bois précieux pour une valeur proche de 16 millions de US$, bois qui avaient été illégalement exploités dans les forêts des parcs nationaux, selon les documents remis à mongabay.com


Des milliers de tonnes de bois illicites de Madagascar prêts pour l’export
(03/17/2010) Alors même que le Président de la France, Nicholas Sarkozy, veut taxer les transactions financières pour arrêter les déboisements et atténuer les effets des changements climatiques, une expédition de bois de rose illégal est préparée pour l'exportation à Madagascar par une compagnie française avec l’accord tacite du gouvernement français.


Comment mettre fin à la crise du bois à Madagascar
(03/03/2010) Au lendemain du coup militaire de mars dernier, la forêt vierge de Madagascar a été pillée pour son bois précieux, notamment le bois de rose et l’ébène. Des dizaines de milliers d’hectares ont été affectés, y compris les parcs nationaux à la plus grande diversité biologique de l'île : Marojejy, Masoala et Makira. L’abattage illégal du bois a également provoqué une augmentation du commerce de gibier tropical. Les chasseurs massacrent aujourd’hui les lémuriens, rares et inoffensifs, pour la consommation des restaurants.


Les responsables du coup d’état vendent les forêts de Madagascar et ses citoyens
(01/31/2010) Madagascar est renommée pour sa richesse biologique. Située au large des côtes orientales du sud de l’Afrique et avec une superficie un peu plus étendue que celle de la Californie, l’île abrite une collection éclectique de plantes et d’animaux dont 80 pour cent ne sont rencontrés nulle part ailleurs dans le monde. Mais les richesses naturelles de Madagascar ont été assiégées depuis près d’un an au lendemain d’une crise politique qui a vu l’éviction de son président chassé en exil sous la menace armée, l’effondrement des services publics, y compris dans la gestion des parcs et des réserves naturelles et l'évaporation des financements des donateurs qui constituaient la moitié du budget annuel du gouvernement. En l'absence de gouvernance, des bandes organisées ont pillé les trésors biologiques de l’île, en prélevant des bois précieux et des espèces menacées de lémuriens des forêts humides normalement protégées dans des parcs, et ont aussi effrayé les touristes qui représentent pourtant des alliés économiques de la protection de la nature. À présent que les responsables du coup d’état jouent un rôle de plus en plus actif dans le pillage pour financer des élections à venir qui, espèrent-ils, légitimeront leur prise de pouvoir, il faut se demander si le système de protection de la nature de Madagascar qui avait suscité tant d’intérêt peut être restauré et maintenu.


Les satellites pour suivre l’exploitation illégale et le trafic de bois précieux à Madagascar
(01/29/2010) Des experts en télédétection en Europe et aux États-Unis font appel à des images satellite à haute résolution pour identifier et suivre des cargaisons de bois exploités illégalement dans des parcs et réserves de forêts pluviales de Madagascar. Les images peuvent servir à confondre les négociants impliqués dans le trafic ainsi qu’à mettre la pression sur les compagnies qui utilisent les bois précieux originaires de Madagascar.


WildMadagascar

 Introduction
 Carte
 Matériel éducatif
 Pour les enfants
 La population
 Histoire
 Flore
 Photos
 Faune
 Conservation
   Aires Protégées
   La subvention
   Forêts tropicales


Mongabay.com

 Actualités
   Afrique
   l’Amazonie
   Brésil
   La déforestation
   Les forêts tropicales
   La faune sauvage
   Madagascar
   Indonésie
   REDD
 Les forets humides
   Pour les enfants
 Les poissons tropicaux
 Photos


©2004-2010 Rhett Butler.
Tous droits réservés